26/03/2013

La solution chypriote et les banques exposées à l'Europe du Sud

 

La solution chypriote a entraîné une vague de craintes sur les banques exposées à l'Europe du Sud, et les marchés européens ne sont pas parvenus à tenir une ouverture qui promettait pourtant une journée de hausse.

Le Stoxx 600 recule de -0.27%, le DAX  de -0.51% et le CAC de -1.12%. On remarque que l'Espagne (-2.3%) et l'Italie  (-2.5%) souffrent particulièrement du recul de leur secteur bancaire.

Le chef de file de l'Eurogroupe a indiqué hier qu'il considère que la méthode de « bail-in » des banques chypriotes constitue un cas modèle pour la gestion des crises bancaires en zone euro.

Par ces propos, J. Dijsselbloem rebat les cartes du projet d'Union Bancaire: selon lui, la solidarité européenne ne doit intervenir que si la mise à contribution des actionnaires, des détenteurs d'obligations bancaires et des déposants n'est pas suffisante en elle-même pour secourir les banques en difficulté. Jusqu’a présent, les discussions autour du Fonds de garantie des dépôts (pilier de l'Union Bancaire) n'avaient a priori pas intégré la possibilité de mettre à contribution les créanciers séniors des banques en cas de difficulté, avant d'envisager le déblocage d'une aide financière européenne.

Par ailleurs, il a mis en garde Malte, le Luxembourg et surtout la Slovénie.

 

En fin de journée, face à l'ampleur de la réaction des marchés, J. Djisselbloem s'est repris et a finalement évoqué un cas spécifique.

 

Que penser ? : la gestion de la crise bancaire à Chypre constitue ainsi un précédent qui pourrait faire école. Le cas chypriote fera jurisprudence pour la gestion des problèmes bancaires en zone euro, en rebattant les cartes sur la future architecture bancaire.

 

Réouverture des banques chypriotes reportée à jeudi prochain

09:43 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.