28/12/2012

Taux souverains : ce que nous retenons sur la semaine écoulée

 

Pour la dernière semaine de l'année 2012, les taux souverains sont restés plutôt stables avec un léger regain de l'aversion au risque.

En effet, les taux à 10 ans allemands reculent aux alentours de 1,30% tandis que ceux de l'Espagne et de l'Italie sont en hausse pour s'établir respectivement à 5,27% et 4,52%.

Les taux espagnols finissent donc l'année sensiblement au même niveau qu'ils l'avaient débutée tandis que l'Italie aura vu les craintes sur sa solvabilité se détendre fortement grâce à la politique mise en place par Mario Monti (les taux à 10 ans étaient proches de 7% au début de l'année).

Cette tendance risque toutefois de faiblir avec l'approche des échéances électorales et les doutes sur la poursuite des réformes entamées.

Pour le Portugal, le regain de tension s'observe surtout sur les taux courts (2 ans) qui frôlent la barre des 3% en raison des difficultés du pays à tenir ses objectifs de déficit public. Malgré un programme de privatisations qui a permis de dégager plus de fonds qu'attendu (plus de 6 MM€ contre 5 MM€ escomptés), le gouvernement devra passer de nouvelles mesures d'austérité à moins que la Commission européenne ne décide de décaler dans le temps les cibles actuels.

En effet, le débat se poursuit en Europe sur l'opportunité de repousser les objectifs de réduction de déficits publics des pays afin de tenir compte des difficultés économiques. Si une telle solution serait salvatrice en termes de perspectives de croissance, il faudra s'assurer qu'elle ne remette en cause la crédibilité des efforts consentis et n'incite les investisseurs à se détourner des obligations souveraines européennes.

17:57 Écrit par FINARGis dans Taux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.