06/12/2012

La banque de détail française

La banque de détail française va subir, selon une étude du cabinet spécialisé Roland Berger, une nette réduction de son réseau d’agences dans les prochaines années (2 à 4% par an jusqu’à 2015, surtout dans les grandes villes), suite aux impacts sur le PNB engendrés par le climat économique, l’augmentation du coût du risque (€4.9Mds en 2011 à €7Mds en 2015), les contraintes de réglementation (dont le renforcement des fonds propres par BâleIII, conduisant à une légère baisse des commissions perçues), les frais de gestion trop importants et la concurrence grandissante des banques en ligne.

Les 9 banques françaises concernées (BNP Paribas, Banque Populaire, Caisse d'Epargne, Banque Postale, Crédit Agricole, LCL, Crédit Mutuel, Société Générale, CIC), verront leur commission reculer à €4.5Mds (vs €5.5Mds auparavant). Elles pourront s’adapter à cette situation en développant leurs produits long-terme en matière de santé et de dépendance, en modifiant leurs offres et horaires ainsi qu'en misant davantage sur la relation clientèle (plus difficile pour une banque en ligne). A titre d'information, pour 1 million habitants, la France dispose de 600 agences (vs 450 en moyenne en Europe). 

 

20:02 Écrit par FINARGis dans Observatoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.