29/10/2011

La Chine et l'EURO : nos dirigeants vendent notre âme aux Chinois sans demander notre avis

L'heure des appels du pied auprès des pays émergents a sonné: le directeur général de l'EFSF se rend à Pékin ce jour, alors que la Chine souhaiterait abonder le nouveau vehicule adossé au FMI à hauteur de $50Mds à $100Mds selon la presse, et que le Japon parait également intéressé. Mais les avis divergent sur la question. Si le Chef de l'Etat français estimait hier que l'integration du Yuan dans le système monétaire était incontournable, qu'elle ne remettait pas en cause l'indépendance française, et qu'il était préférable de ne pas refuser que les Chinois décident d'investir dans l'euro (par l'intermédiaire du fonds de sauvetage) plutôt que dans le dollar, des voix s'élèvent pour mettre en garde contre les contreparties que demanderait assurément la Chine (comme fermer les yeux sur la valeur de sa monnaie, sur la justesse de ses equilibres commerciaux, sur ses pratiques environnementales, lui accorder un statut d'économie de marché auprès de l'OMC), pays qu'il ne faut pas considérer comme "au service du monde", et auprès duquel l'Europe apparaitrait en situation de faiblesse (à l'inverse de ce qu'il faudrait faire). Sans parler de la crainte allemande d'offir à la Chine un pouvoir de décision sur l'avenir de l'Euro...

16:26 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/10/2011

La candeur de nos "huiles" fait peur

PÉKIN (Reuters) - Le directeur général du Fonds européen de stabilité financière (FESF) Klaus Regling, en visite en Chine vendredi, a déclaré ne pas s'attendre à parvenir à un accord définitif avec Pékin à cette occasion mais prévoit que les autorités chinoises continueront à acheter des obligations émises par le Fonds.

Dans le cadre de l'accord trouvé jeudi par les dirigeants européens, de grands pays émergents comme la Chine pourraient participer à la création d'un "véhicule spécial" au sein du FESF, contribuant à démultiplier la capacité de ce dernier au-delà de 1.000 milliards d'euros.

"Nous savons tous que la Chine a un besoin particulier d'investir ses excédents", a dit Klaus Regling lors d'une conférence de presse.

La Chine est un acheteur régulier des obligations émises par le Fonds, et les analystes estiment qu'un tiers de ses réserves - qui sont les plus importantes au monde, de l'ordre de 3.200 milliards de dollars - sont libellées en euros.

Le dirigeant du FESF devait rencontrer dans la journée des responsables de la banque centrale chinoise et du ministère des Finances. Il a dit vouloir savoir comment le Fonds pourrait structurer les investissements proposés afin d'attirer des capitaux.

PAS À L'AGENDA DU G20

La Chine n'a pas déclaré expressément vouloir investir dans le Fonds, même si elle a fait part à plusieurs reprises de sa confiance dans la capacité de l'Europe à surmonter la crise de la dette.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a notamment exprimé jeudi le soutien de la Chine aux mesures prises en Europe pour juguler la crise de la dette et ajouté que Pékin était "disposé à faire des efforts conjoints pour préserver la reprise et la croissance de l'économie mondiale".

Le ministre adjoint des Finances chinois a toutefois déclaré vendredi que l'achat d'obligations émises par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) n'était pas à l'agenda du prochain sommet du G20, prévu les 3 et 4 novembre à Cannes.

15:03 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Communiqué de l’IIF (lobby des banques) sur la recapitalisation des 70 établissements bancaires européens concernés

 

http://www.eba.europa.eu/cebs/media/aboutus/News%20and%20Communications/Sovereign-capital-shortfall_Methodology-FINAL.pdf

08:57 Écrit par FINARGis dans Sociétés et secteurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Déclaration du Sommet de la zone EURO

 

http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/ec/125663.pdf

08:54 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Wall Street dans le rétro

Les marchés américains ont en tout cas profité d’un double effet : le rebond de la croissance au T3 et le soulagement provoqué par l’accord européen, qui repousse à court terme l’aggravation de la crise. En 1ère estimation, la croissance du PIB US au T3 s’élève à 2,5% en annualisé, conformément aux attentes. La consommation retrouve un peu de dynamisme. Les investissements dans les logiciels et équipements flambent de 17,4%. Il s’agit d’une accélération comparé au S1 et même au T4 2010. Mais la croissance reste molle si on la compare à celle du S1 2010 ou à la fin 2009. Autre statistique, les promesses de ventes dans l’immobilier ont été publiées en baisse de 4,6%, soit un recul supérieur aux attentes en septembre.

08:50 Écrit par FINARGis dans Indices | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Market trend

Pour le marché américain, la question européenne passe désormais au second plan même si elle pourrait très vite refaire parler d’elle. Alors que l’économie américaine n’a pas calé et continue à croître, même mollement, le marché devrait peu à peu porter son attention sur le plan Obama, annoncé en septembre et d’un montant de 447mrds d’euros. De plus, les négociations entre républicains et démocrate sur la question de la réduction du déficit budgétaire dans les 10 prochaines années doivent aboutir d’ici Thanksgiving mais n’ont semble-t-il pas progressé (au pire, des baisses automatiques de dépenses sont prévues si aucun accord n’est obtenu).

En Europe, la violente hausse de la veille est à l’image de la panique des derniers mois : exagérée. Les indices européens ont clairement retrouvé du momentum et franchi un premier palier mais sont désormais confrontés à des résistances hebdomadaires significatives. La réaction des indices sera intéressante à suivre dans les prochains jours. Il faut également surveiller le niveau des taux, en France, mais surtout en Italie.

08:49 Écrit par FINARGis dans Indices | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les "10 ans" ce matin

·         Euribor 3 mois : 1.590% (vs 1.588%)

·         Bund 10 ans : 2.21 (+17 pb)

·         OAT 10 ans : 3.11% (+6 pb)

·         Belgique 10 ans : 4.17% (+2 pb)

·         Suisse 10 ans : 0.995% (+8 pb)

·         Irlande 10 ans : 7.89% (-9 pb)

·         Grèce 10 ans : 21.53% (-180 pb)

·         Portugal 10 ans : 11.38% (-28 pb)

·         Italie 10 ans : 5.86% (-3 pb)

·         Espagne 10 ans : 5.30% (-15 pb)

08:45 Écrit par FINARGis dans Taux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La croissance américaine donne des signes étonnants sur les dernières semaines

La croissance américaine donne des signes étonnants sur les dernières semaines. Alors que les craintes de rechute étaient fortes en juillet, notamment après la forte déception sur la croissance au premier semestre, l'économie connait un net redressement sur le second trimestre et plus particulièrement sur le mois de septembre. Les enquêtes d'activité dans l'industrie s'améliorent, la consommation des ménages se redresse et même les derniers indicateurs dans l'immobilier sont plus positifs. L'image conjoncturelle, à court terme, de l'économie américaine tranche face à la violente dégradation de l'activité Européenne sur les dernières semaines. Va-t-on assister à un " découplage " économique entre les deux zones ? L'économie américaine peut-elle rapidement retrouver un rythme de croissance proche de 3% ?

08:12 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Indicateurs macro-économiques US : agenda du jour

Vendredi 28 octobre

 

14H30 : Revenu personnel (sept) : +0.3% est (vs. -0.1% préc.)

14H30 : Consommation des ménages (sept) : +0.6% est (vs. +0.2% préc.)

15h55 : Confiance de l’Université du Michigan (oct) : 58 est (vs. 57.5 prec.)

08:09 Écrit par FINARGis dans Indicateurs économiques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/10/2011

Sauvetage de la zone EURO : de belles promesses ...

Si on en juge par la longueur du communiqué, la diversité des champs couverts, la masse des bonnes intentions affichées et l’auto-satisfaction de dirigeants européens épuisés par une nouvelle nuit blanche, le sommet européen a été un grand succès. On jugera sur pièce, car il reste à finaliser les détails et à mettre en œuvre les annonces, toutes conformes aux « fuites » qui circulaient depuis des jours.

Le volet de la gouvernance budgétaire est renforcé (adoption de règles d’or par tous les pays). Le FMI et le reste du monde sont appelés à l’aide, mais la BCE reste en dehors du dispositif global. C’est inconséquent ! 

09:49 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Recapitalisation des banques européennes : le document officiel

Voici le lien du document officiel émis par l'EBA

http://www.eba.europa.eu/cebs/media/aboutus/News%20and%20...

Le Plan de l'Europe pour sauver l'EURO : petit résumé

Les européens sont parvenus à un accord avec 4h du matin. Un blocage a été redouté vers minuit mais les discussions ont quand même débouché sur des décisions, qui ont donné lieu à un communiqué officiel de 15 pages. L’accord ne surprend pas réellement, la presse avait déjà relayé la plupart des éléments. La décote sur la dette souveraine grecque détenue par les créanciers privés atteint ainsi 50%. La dette publique de la Grèce devrait atteindre 120% du PIB en 2020. La recapitalisation des banques européennes aura lieu jusqu’à la fin juin 2012 (cf plus bas pour les détails). Malgré l’importante décote, les gouvernements de la zone euro devront apporter 130m d’euros d’aides publiques à la Grèce alors que le plan du 21 juillet prévoyait un financement de 108mrds d’euros de l’UE et du FMI. Sur la question du FESF, aucune surprise également. L’objectif est de porter la force de frappe du Fonds à 1000mrds d’euros, contre 440mrds d’euros actuellement. Le schéma retenu est double : assurance partielle des dettes nouvellement émises par les pays en difficulté et création d’un SPV qui sera géré par le FMI et alimenté par les pays émergents notamment. Toutefois, on ne devrait pas connaître la taille effective du FESF avant la fin novembre, une fois que les européens auront fait le tour des principales capitales mondiales, en quête de capitaux et d’arrangements. Il est possible que de nouveaux détails soient portés à la connaissance des marchés lors du Sommet du G20 qui se déroule début novembre. La participation de la Chine s’annonce ainsi essentielle. Mais elle ne se fera pas sans contrepartie.

08:58 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Secteur bancaire : petit résumé post accord

Les banques européennes devront trouver 106,4mrds d’euros de capitaux supplémentaires pour renforcer leur CT1 à 9% d’ici fin juin 2012. La décote de 50% sur la dette grecque a été obtenue à l’arraché, les discussions se sont révélées très tendues. D’après le communiqué de l’ABE, les besoins des banques grecques s’élèvent à 30mrds, ceux des banques espagnoles à 26,1mrds, contre 14,8mrds pour les banques italiennes et 8,8mrds pour les françaises.

En Allemagne, les besoins sont limités à 5,2mrds. Les calculs se fondent sur la valeur de marché des expositions des banques à fin juin et sur les rendements des emprunts d’Etat à fin septembre. Le montant définitif sera publié le mois prochain. En France, BNP, SocGen et BPCE ont des besoins qui varient entre 2,1 et 3,4mrds d’euros. Le Crédit Agricole est suffisamment capitalisé. Les CoCos pourront être utilisés pour renforcer les fonds propres.

08:55 Écrit par FINARGis dans Sociétés et secteurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Market trend

Remake du 21 juillet dernier ?

Les marchés montent, soulagés que les européens soient parvenus à un accord. Mais dans les prochains jours, le risque d’une gueule de bois n’est pas négligeable, sachant que la réponse globale des européens est incomplète, qu’elle ne surprend pas et qu’elle n’efface pas un certain nombre d’incertitudes (déclenchement des CDS sur la Grèce ? soutenabilité de la nouvelle trajectoire grecque ? capacité à parvenir à un accord avec les émergents et le FMI sur le FESF ? etc.)

 

Il faudra suivre de près l’évolution des taux souverains sur le marché secondaire aujourd’hui. En particulier ceux de l’Italie, alors que Silvio Berlusconi n’aura sans doute pas convaincu les marchés avec ses propositions. Toutefois, la BCE, via son programme SMP, a les moyens d’empêcher toute hausse violente des rendements.

08:49 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les "10 ans" ce matin

·         Euribor 3 mois : 1.588% (vs 1.588%)

·         Bund 10 ans : 2.03 (-3 pb)

·         OAT 10 ans : 3.05% (-12 pb)

·         Belgique 10 ans : 4.272% (+2 pb)

·         OAT 10 ans : 0.991% (+7 pb)

·         Irlande 10 ans : 7.98% (+3 pb)

·         Grèce 10 ans : 23.33% (+26 pb)

·         Portugal 10 ans : 11.66% (-11 pb)

·         Italie 10 ans : 5.89% (-4 pb)

·         Espagne 10 ans : 5.45% (-5 pb)

08:48 Écrit par FINARGis dans Taux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Indicateurs macro-économiques US : agenda du jour

Jeudi 27 octobre

 

14H30 : PIB T3 2011: +2.5% est (vs. +1.3% prec.)

14H30 : Consommation personnelle - T3 2011 : 1.9% (vs. 0.7% prec).

14H30 : Indice des prix du PIB - T3 2011 : 2.4% (vs. 2.5% prec.)

14H30 : Nouvelles demandes allocations chômage (22 octobre) : 400K est (vs. 403K prec.)

16H00 : Ventes logements en cours (septembre/ var annuelle) : +11.8% est (vs. +13.1% prec.)

08:01 Écrit par FINARGis dans Indicateurs économiques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/10/2011

Le climat des affaires en zone euro continue de baisser.

Le climat des affaires en zone euro continue de baisser. C’est logique compte tenu des multiples éléments négatifs du moment, le pire étant cette fâcheuse tendance des Européens à multiplier les sommets où s’échangent, à en croire les journaux, les invectives plus que les idées.

A son niveau actuel, le climat des affaires est associé, avec une quasi certitude, à une récession du PIB. Le risque s’est surtout accru dans le cas de la France, qui serait bien avisée de réduire sa prévision officielle de croissance 2012 (1.75%) et d’ajuster les finances publiques en conséquence.

A défaut de quoi, le downgrade aura lieu avant les élections plutôt qu’après. 

 

12:14 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Wenzhou, berceau du capitalisme privé en Chine, en pleine crise financière - Cette crise locale pourrait devenir un problème national

Avec plus de 11,5 millions d'euros de dettes et aucune chance de pouvoir les rembourser, Zheng Zhuju a pris la tangente, comme des dizaines d'autres entrepreneurs de Wenzhou (est), cité pionnière du développement de l'économie privée en Chine.

Incapables de rembourser leurs créanciers pratiquant des taux usuraires, plus de 90 patrons de la cité côtière ont profité d'un réseau très développé de prêts hors du système bancaire avant d'en devenir les victimes.

 

L'activité est en plein boom depuis que les banques étatiques ont reçu pour consigne à partir de l'automne 2010 de réduire le volume des nouveaux prêts, qui avaient explosé en 2009 et ont encore fortement augmenté l'an passé.

 

Au niveau national, les prêts informels sont évalués à quelque 4.000 milliards de yuans (452 milliards d'euros), soit environ 8% de l'encours total des banques ou un dixième du Produit intérieur brut (PIB) chinois.

 

"Cette vague désordonnée de prêts informels pourrait causer de graves problèmes si elle n'est pas gérée prudemment par le gouvernement", estimait récemment dans une note le Crédit Suisse.

 

Zheng, une femme d'affaires admirée pour ses voitures de luxe, était propriétaire d'un magasin d'électroménager. Grâce à une solide réputation, elle avait emprunté des fonds à plus de 300 petits commerçants qu'elle avait investis dans l'immobilier ou prêté à des taux élevés à d'autres sociétés.

Avec le ralentissement des exportations, notamment vers l'Europe, de nombreux emprunteurs se sont retrouvés incapables de faire face à leurs échéances, certains ayant emprunté à des taux d'intérêt pouvant atteindre 5% par mois, soit plus de 70% par an.

Prise à la gorge, Zheng a décidé fin août de fermer boutique, de confier l'argent qui lui restait à sa fille et de disparaître. Aujourd'hui elle est aux mains de la police.

Une de ses victimes, propriétaire d'une entreprise spécialisée dans les valves industrielles, a perdu le 1,5 million de yuans (169.000 euros) qu'elle lui avait confié. "Cela aura de lourdes conséquences. Nous aurons beaucoup de mal à récupérer notre argent", a déclaré ce créancier à l'AFP.

 

Si le crédit informel fleurit à des degrés divers à travers la Chine, c'est à Wenzhou qu'il est le plus développé.

 

Pour mieux faire fructifier leur argent, près de 90% des résidents de cette ville y participent, ainsi que 60% des quelque 400.000 entreprises privées qui ont fait le dynamisme de cette région traditionnellement délaissée par l'Etat.

 

Le Crédit Suisse évalue le poids de ce secteur à Wenzhou à 110 milliards de yuans (12,4 milliards d'euros). Selon le gouvernement, il représente localement 20% de l'encours total des prêts.

 

"C'est comme les jeux d'argent. Ces taux d'intérêt élevés ressemblent à un casino", explique Fang Peilin, président de la société Fang Xing Guarantee Co., qui aide les PME à obtenir des prêts en se portant garants à leur place auprès des prêteurs.

Beaucoup de petits patrons n'ont pas d'autre choix que de se tourner vers le secteur informel pour se financer, malgré des taux d'intérêts astronomiques, car en Chine, les banques, en grande majorité étatiques, prêtent d'abord aux entreprises d'Etat.

Mais les difficultés de nombreuses PME à Wenzhou ont alerté Pékin, et le Premier ministre Wen Jiabao s'est rendu dans la ville début octobre, où il a promis d'améliorer l'accès des petites entreprises au crédit.

Peu après, Pékin annonçait des facilités de crédit et des réductions d'impôts pour les PME au niveau national.

 

La crise du crédit à Wenzhou pourrait s'étendre à l'ensemble du pays si les affaires des commerçants originaires de la ville, qui ont investi aux quatre coins de la Chine, principalement dans l'immobilier et le secteur manufacturier, étaient affectées.

 

"Cette crise locale pourrait devenir un problème national", estime Ren Xianfang, une économiste de IHS Global Insight basée à Pékin.

11:56 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

M&A dans le secteur des Technos en 2011

Fusions & acquisitions dans le secteur Techno en 2011:

 

-          Selon Dealogic, depuis le début de l’année 2011, les volumes de fusions & acquisitions dans le domaine de la technologie ressortent en hausse de +44% à 176Mds$, soit le chiffre le plus important depuis 2007 (montant 200Mds$). La transaction moyenne ressort en hausse de +61% à 71M$ ; 35 opérations ont été effectuées à un montant supérieur à 1Md$.

-          Pour rappel, la plus grande fusion & acquisition ayant eu lieu jusqu’à maintenant en 2011 concerne le rachat d’Autonomy par Hewlett Packard (HPQ)  pour 11.7Mds$.

10:29 Écrit par FINARGis dans Sociétés et secteurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Berlusconi "out" en 2012

Berlusconi aurait accepté de démissionner fin d'année et de provoquer des élections en 2012.  Un petit pas en avant !

09:49 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Wall Street dans le rétro

Les indices américains ont nettement reflué, le S&P perdant 2% à la clôture pour revenir au niveau de son ancienne résistance, devenue support, des 1230 points.

De mauvais chiffres économiques ont été publiés hier outre-Atlantique. La confiance des consommateurs du Conference Board a reculé à 39,8 en octobre, contre 46,4 le mois dernier et une quasi stabilité attendue. Le prix des maisons, tel que donné par l’indice S&P CaseShiller affiche un recul de 3,8% sur un an, contre -3,5% estimé par le consensus. Enfin, l’indicateur d’activité de la FED de Richmond est resté stable, à -6 en octobre, alors que le consensus attendait un retour à l’équilibre.

09:02 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Market trend

Il ne faut pas s’attendre à de grandes décisions en séance aujourd’hui, les Chefs d’Etat ne devant se réunir qu’en soirée. Vu la tournure des événements, il ne faut guère s’attendre à un projet ne présentant plus que les grandes lignes directrices décidées par les européens. Sachant que le diable se cache dans les détails, il faudra sans doute attendre le Sommet du G20 ensuite pour connaître l’essentiel du plan pour sortir la zone euro de l’ornière.

08:49 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés, Indices | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les "10 ans" ce matin

·         Euribor 3 mois : 1.588% (vs 1.585%)

·         Bund 10 ans : 2.06 (-6 pb)

·         OAT 10 ans : 3.17% (-13 pb)

·         Belgique 10 ans : 4.261% (-2pb)

·         Suisse 10 ans : 0.948% (+2 pb)

·         Irlande 10 ans : 7.95% (0)

·         Grèce 10 ans : 21.93% (-56 pb)

·         Portugal 10 ans : 11.78% (+7 pb)

·         Italie 10 ans : 5.93% (0)

·         Espagne 10 ans : 5.50% (-1 pb)

08:45 Écrit par FINARGis dans Taux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Réunion informelle des membres du Conseil européen et Sommet de la zone Euro : calendrier du jour

http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/press...

08:18 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Tuile supplémentaire pour les banques européennes

Les banques européennes vont devoir refinancer 655 milliards d'EUR étant donné que leur dette "senior" et leurs obligations sécurisées arrivent à échéance en 2012.  Ajouté au refinancement de pas mal de sociétés industrielles importantes dont des emprunts arrivent également à échéance en 2012.

Il y aura certainement quelques bonnes opérations à réaliser.  Petit bémol peut-être : la durée de ces nouvelles obligations.

A voir ...

08:11 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Indicateurs macro-économiques US : agenda du jour

Mercredi 26 octobre

 

14h30 : Commandes de biens durables (septembre) : -0.9% estimé (vs. -0.1% prec.)

14h30 : Commandes de biens durables hors transport (septembre) : +0.4% estimé (vs. -0.1% prec.)

16H00 : Ventes de logements neufs (septembre) : 300K estimé (vs. 295K prec.)

07:42 Écrit par FINARGis dans Indicateurs économiques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/10/2011

Technos : pour ceux qui veulent en savoir plus

Si l’on examine l’indice d’activité « Tech-Pulse », qui mesure l’activité dans le secteur des services et matériels informatiques, sur les derniers mois, la croissance est restée forte. Pourtant, le sous-secteur des semi-conducteurs a clairement subi une inflexion de son au dernier trimestre. Le taux d’utilisation des capacités de production est en recul. Or, celui-ci est un indicateur clef des mouvements de prix dans ce secteur.

Le secteur des semi-conducteurs est souvent considéré comme le baromètre du secteur technologique. Sa faiblesse milite pour d’importantes pressions sur les prix de vente des fondeurs. Le secteur est clairement pénalisé par un violent recul de la demande des clients. Face à une déception sur la demande, ces derniers ont réduit drastiquement leurs commandes pour réduire leurs stocks. Ce mouvement est d’autant plus violent qu’ils avaient acquis d’importants stocks par crainte de pénurie après le séisme au Japon. La publication de Texas Instrument confirme une volonté de ses clients industriels de réduire drastiquement leurs stocks. La peur d’une rechute de l’activité pèse lourdement sur leur comportement de court terme.

Toutefois, ce problème semble être très concentré dans le secteur des semi-conducteurs et sur quelques acteurs. Intel a agréablement surpris les investisseurs sur la demande de processeurs PC. La demande de ses clients, notamment asiatiques, reste forte. Il n’y a pas de rupture. Mais Intel semble isolé dans ce discours. Les perspectives de ventes des semi-conducteurs restent mitigées à court terme. La question est de savoir si ce ralentissement est durable. En effet, la fin de la réduction des stocks permettra un rebond de la production sur la fin d’année/début 2012. Sur les dernières semaines, les analystes ont commencé à réviser à la hausse leurs prévisions d’EPS des sociétés du SOX. De fait, la chute d’activité a été trop violente dans le secteur pour ne pas anticiper un « rebond technique » de la production sur le dernier trimestre 2011.

Au niveau des biens de consommation, la publication d’Apple a brouillé le discours. L’absence d’innovation majeure et l’attente de la sortie du nouvel iPhone a pesé sur les ventes grand-public. Mais cet attentisme semble avoir pris fin avec la sortie de l’iPhone 4S, qui relance l’activité dans le secteur des télécom aux Etats-Unis. De fait, dernière les ventes d’iPhones, la mémoire flash, les processeurs Qualcomm, les écrans plats… sont naturellement stimulées. Pour les opérateurs mobiles c’est aussi l’occasion d’augmenter le revenu par abonné. La consommation importante de bande passante des iPhones et autres smartphones a aussi un impact positif sur l’augmentation des capacités data des réseaux mobiles. Le lancement d’un nouveau téléphone a des répercussions au-delà des sous-traitants directs de son fabricant. Sur la fin d’année, un net rebond des ventes de biens électroniques est probable avec le lancement de nombreux nouveaux modèles de Smartphones.

Au niveau des entreprises, les annonces sont positives. L’investissement en biens technologiques ne semble pas devoir freiner sur la fin d’année. De fait, les budgets IT, à la différence de 2008, n’ont pas été brutalement coupés. Le risque est plus sur le premier trimestre 2012. Les entreprises, actuellement en préparation sur les budgets 2012, pourrait se révéler très prudentes. Les incertitudes économiques sont importantes et les craintes de récession ont déjà induit des coupes drastiques des stocks au niveau des industriels. Le moral des chefs d’entreprise est durement affecté par la volatilité des marchés financiers.

Au final, entre les « effet stocks » et les incertitudes économiques, le quatrième trimestre ne devrait pas être très négatif pour les entreprises du secteur technologiques. Les incertitudes portent plus sur le début de l’année prochaine. Les révisions à la hausse des EPS du quatrième trimestre devraient donc se poursuivre dans les prochains mois au sein de ce secteur.

15:00 Écrit par FINARGis dans Sociétés et secteurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Sables bitumineux : l'Europe prendrait-elle ses responsabilités ?

L’Union européenne classe le pétrole issu des sables bitumineux de l'ouest canadien dans une catégorie plus polluante que d'autres sources de pétrole. Le ministre des Ressources naturelles au Canada estime que le projet européen est sans fondement scientifique. Le Canada n'exporte pas actuellement de pétrole vers l'Europe mais l'industrie craint les conséquences d'une telle mesure sur les autres marchés. A suivre …

14:55 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

CAC : 3210 points

A quelques points de la résistance majeure du CAC située vers les 3.300 / 3.350 points, nous procédons à quelques allègements assez agressifs.

CAC40 Zone de résistance majeure 25 oct 2011.PNG

10:52 Écrit par FINARGis dans Portefeuille FINARGis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dette grecque : dernier rapport de la Troïka

La Troïka est apparue très pessimiste dans son dernier rapport :

la dette grecque atteindrait 186% du PIB en 2013 pour n'être réduite qu'à 152% d'ici 2020, ou 120% avec une décote de 50% consentie par les créanciers privés, ce qui laisserait le soin à l'Union et au FMI d'apporter encore €114Mds au pays, soit un niveau toujours peu soutenable.

Certains économistes soulignent que pour parvenir à une réduction de 50% de la

dette, il faudrait appliquer une décote de 100% ... ! !

A part ceci, tout va bien ! !

09:22 Écrit par FINARGis dans Finances - Marchés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |