11/08/2011

Suisse : la banque centrale n'exclut pas un arrimage à l'euro (AFP)

La banque centrale suisse a indiqué jeudi qu'elle étudiait toutes les options possibles pour lutter contre la cherté du franc, notamment un arrimage à l'euro, entraînant un affaiblissement de la monnaie helvétique.
"Nous vérifions (...) une série de mesures supplémentaires de politique monétaire", a précisé le vice-président de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan, dans un entretien au quotidien zurichois Tages-Anzeiger.
Selon le numéro deux de l'institut d'émission, ce dernier peut "prendre toutes les mesures qui sont compatibles à long terme avec la réalisation de (son) mandat".
Interrogé sur l'éventualité d'un arrimage de la parité du franc suisse à l'euro, le vice-président est resté vague. Il a indiqué que "des mesures provisoires qui influencent le cours de change sont inclues dans notre mandat, tant qu'elles sont compatibles avec la stabilité des prix à long terme".
Dans un entretien séparé, Jean-Pierre Danthine, membre de la direction à la BNS, a quant à lui averti que "certaines (mesures) pourraient avoir des effets secondaires très négatifs", sans préciser lesquelles.
Pour M. Danthine, il n'existe pas de "baguette magique" pour faire relâcher la pression sur le franc.
L'arrimage à l'euro "n'est certainement pas la mesure la plus facile à mettre en oeuvre, ni sur le plan politique, ni sur le plan légal", a-t-il insisté dans une interview au journal Le Temps.
Un arrimage du franc à la devise unique européenne est réclamé par une partie de la classe politique et des acteurs économiques. Ces derniers souffrent du renchérissement du franc qui rend leurs produits plus chers à l'étranger et grignote leurs marges.
Dans l'immédiat, le franc suisse se relâchait fortement jeudi après-midi. La monnaie helvétique s'échangeait à 14H01 GMT à 1,0922 franc pour un euro, contre 1,0297 CHF/EUR mercredi à 21H00 GMT, soit une baisse de 6%.
Le franc se détendait également face au billet vert à 0,7688 CHF/USD, contre 0,7262 CHF/USD la veille au soir (-5,9%).
Malgré le recul du franc par rapport aux sommets atteints en début de semaine, les analystes demeuraient sceptiques quant à la pérennité de ces mesures.
La BNS "n'aura pas d'autre choix que de prendre de nouvelles mesures convaincantes", selon la Banque cantonale de Zurich (ZKB), qui n'exclut pas que le franc atteigne "encore cette semaine" la parité avec l'euro.
La suggestion que le franc pourrait être arrimé à l'euro "a déjà provoqué une petite dépréciation" de la monnaie suisse, selon les spécialistes de Capital Economics.
Mais la BNS devra faire plus d'efforts pour défendre sa monnaie et notamment annoncer un niveau plancher au dessus duquel elle ne laissera pas le franc s'apprécier, ont-ils ajouté.
La banque centrale suisse a annoncé mercredi de nouvelles mesures pour contrer la cherté de la monnaie helvétique, qui est, selon elle, "massivement surévaluée".
Tout juste sept jours après l'annonce de premières mesures pour enrayer l'appréciation de la devise helvétique -- un abaissement de ses taux directeurs -- la BNS a décidé de "relever dans une forte mesure les liquidités sur le marché monétaire en francs".
M. Jordan a également averti que la crise des marchés financiers allait entraîner "un coup de frein visible" pour l'économie suisse au deuxième semestre.
L'affolement actuel des marchés, en raison des craintes de contagion de la crise de la dette publique, est comparable à ce qui avait été observé au début de la crise financière en 2008, a-t-il estimé.

18:17 Écrit par FINARGis dans Devises | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.